GAV de militants syndicaux et associatifs de l’université Paris I

Le texte qui suit vient d’être rédigé par les soutiens rassemblés devant le commissariat du 14ème arrondissement à Paris. Il est à diffuser au plus vite, et le plus largement possible (sites, forums, listes mail…). Au moins 6 militants associatifs et syndicaux de l’université Paris 1 y ont été convoqués ce matin entre 9 et 10h. Ils ont été maintenus en GAV (à la surprise générale) sur l’accusation de séquestration, suite à une plainte déposée par la directrice du centre PMF (affectueusement appelé Tolbiac, 90 rue de Tolbiac dans le 13ème). Ces convocations viennent alimenter un climat de tension entre les étudiants et l’administration qui n’a fait qu’empirer ces derniers mois, avec notamment la menace de l’expulsion de la Bibliothèque Alternative de son local à Tolbiac, qui n’est sans doute pas sans rapport avec le fait qu’elle le partage avec le syndicat CNT. Les étudiants mobilisés, les membres de la Bibliothèque Alternative et des syndicats SudE, Fse et Cnt sont évidemment solidaires des étudiants visés, exigent leur libération immédiate et l’arrêt des poursuites et appelent à un rassemblement en soutien devant le commissariat du 14ème arrondissement (114 avenue du Maine, métro Gaîté l. 14) à partir de 14h cet après-midi.
Le centre PMF de l'université Paris 1, 90 rue de Tolbiac dans le 13ème arrondissement

« Suite aux convocations ce matin (jeudi 1er avril) d’au moins 6 étudiants de Paris1, des gardes-à-vues ont été notifiées par le commissariat du 14e arrondissement. Les étudiants visés sont tous des camarades syndicalistes de Sud, de la Fse et de la Cnt ainsi que des membres de la Bibliothèque Alternative de Tolbiac.
Ces faits surviennent dans un contexte de répression anti-syndicale et associative à l’Université Paris 1, alors que toutes les libertés politiques sont remises en cause par la nouvelle administration, parachutée du ministère il y a un peu plus d’un an pour appliquer les réformes de privatisation (LRU).
Remise en cause du droit de réunion (refus systématique d’accès aux salles et amphithéatres pour projections, débats, assemblées…), remise en cause de la liberté d’affichage (arrachage systématique des affiches, harcellement des vigiles), remise en cause des locaux syndicaux et associatifs (menace d’expulsion des organisations dites « non-représentatives ») présence permanente de vigiles privés en plus des titulaires de l’administration.
Les convocations et les garde-à-vues sont clairement des tentatives d’intimidation dirigées exclusivement vers les étudiants mobilisés, qui plus est pris au hasard sur les nombreuses personnes présentes. Une nouvelle fois l’administration universitaire et les forces de l’ordre agissent main dans la main pour réprimer les luttes étudiantes. Nous ne nous laisserons pas intimider par cette farce policière !
Au moment où la répression s’abat sur tout les secteurs,  nous ne pouvons plus nous contenter de postures défensives : organisons dès maintenant la riposte dans toutes les facs !
Liberté pour tous les gardés à vue ! Arrêt immédiat des poursuites !

Contre la répression : Solidarité avec les syndicalistes et militants associatifs !

Les syndicats CNT, Sud-étudiant et FSE ainsi que la Bibliothèque Alternative de Tolbiac appelent à un rassemblement d’urgence dès 14h cet après-midi pour soutenir nos camarades contre les pressions policières : commissariat du 14e, 114-116 avenue du Maine, Metro Gaîté °13. »

Paris, le 1er Avril 2010, devant le commissariat du 14ème.

Comments: 2

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *