Emission du 02/02/2010

Pour télécharger l’émission, il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous.

RFPP

EDITO :

Le bourgeoisisme lui-même, en tant qu’état humain qui subsiste à perpétuité, n’est pas autre chose qu’une aspiration à la moyenne entre les innombrables extrêmes et antipodes de l’humanité. Prenons pour exemple une de ces paires de contrastes telle que le saint et le débauché, et notre comparaison deviendra immédiatement intelligible. L’homme a la possibilité de s’abandonner entièrement à l’esprit, à la tentative de pénétration du divin, à l’idéal de la sainteté. Il a également la possibilité inverse de s’abandonner entièrement à la vie de l’instinct, aux convoitises de ses sens, et de concentrer tout son désir sur le gain de la jouissance immédiate. La première voie mène à la sainteté, au martyre de l’esprit, à l’absorption en Dieu. La seconde mène à la débauche, au martyre des sens, à l’absorption en la putrescence. Le bourgeois, lui, cherche à garder le milieu modéré entre ces deux extrêmes. Jamais il ne s’absorbera, de s’abandonnera  ni à la luxure ni à l’ascétisme ; jamais il de sera un martyr, jamais il ne consentira à son abolition : son idéal, tout opposé, est la conservation du moi ; il n’aspire ni à la sainteté, ni à son contraire, il ne supporte pas l’absolu, il veut bien servir Dieu, mais aussi le plaisir ; il tient à être vertueux, mais en même temps à avoir ses aises. Bref, il cherche à s’installer entre les extrêmes, dans la zone tempérée, sans orage ni tempêtes violentes, et il y réussit, mais au dépens de cette intensité de vie et de sentiment que donne une existence orientée vers l’extrême et l’absolu. On ne peut vivre intensément qu’aux dépens du moi. Le bourgeois, précisément, n’apprécie rien autant que le moi (un moi qui n’existe, il est vrai, qu’à l’état rudimentaire). Ainsi, au détriment de l’intensité, il obtient la conservation et la sécurité ; au lieu de la folie en Dieu, il récolte la tranquillité de la conscience ; au lieu de la volupté, le confort ; au lieu de la liberté, l’aisance ; au lieu de l’ardeur mortelle, une température agréable. Le bourgeois, de par sa nature, est un être doué d’une faible vitalité, craintif, effrayé de tout abandon, facile à gouverner. C’est pourquoi, à la place de la puissance, il a mis la majorité ; à la place de la force, la loi ; à la place de la responsabilité, le droit de vote.

Herman Hesse

SOMMAIRE :

L'incendie du centre de rétention de Vincennes

  • Point sur le procès en cours des inculpés de l’incendie du CRA de Vincennes
    – Récapitulatif des journées d’audience
    – Point juridique : intervention téléphonique de Maitre Bouhatel

  • Solidarité avec les grévistes de Multipro
    Invités : Abdoulaye (comité de lutte des sans papiers en grève de l’agence d’interim Multipro), Thomas (soutien et habitant du quartier).
    – diffusion d’un reportage réalisé sur le piquet de grève
    – interview des invités

  • Rubrique FAF
    La prison aussi fait sa pub :

    zonzon

    Chère Madame, cher Monsieur,

    Savez vous que la prison est aussi une entreprise ? Une entreprise qui dispose de 200 000 m² d’ateliers, qui emploie quotidiennement 10 000 personnes, et fait réaliser aux sociétés qui y interviennent ou passent leurs commandes un chiffre d’affaire annuel d’environ 100 millions d’euros.

    La prison a acquis un réel savoir-faire industriel, qu’elle met au service d’autres entreprises : vous pouvez assurément lui confier vos travaux de sous-traitance d’activités techniques et industrielles de main-d’œuvre. Parce que rester compétitif implique de se recentrer sur ses métiers : bénéficiez vous aussi d’une délocalisation de proximité, réactive, flexible, aux conditions financières avantageuses. (lire la suite)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *